Quand le monde n’est plus que désolation, il faut payer le prix cher pour survivre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't mess with me - Evan (a)

Aller en bas 
AuteurMessage
Marilyn Wentz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 85
Age : 30
Who are you : Tu le découvriras bien assez tôt...
Philosophie : Fight or Flight
Love : Organe retiré après les bombardements
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aspire et donne de l'énergie vitale
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Don't mess with me - Evan (a)   Lun 3 Déc - 13:50

Brooklyn. Sans doute l'un des quartiers les moins fréquentables, surtout lorsque le crépuscule pointait lentement mais sûrement le bout de son nez. Pourtant, Marilyn ne semblait pas apeurée. Ni contrariée. Simplement indifférente, comme à son habitude. Son visage de porcelaine était simplement toujours impassible, comme si il était figé et qu'equisser ne serait-ce qu'une expression faciale le ferait se fissurer et se briser en des millions de petits morceaux. Ce n'était sûrement pas faux en y pensant. Elle était déjà fissurée et brisée de l'intérieur depuis un bon moment, bientôt ça se lirait sûrement sur son visage. Enfonçant son menton dans son écharpe grise, Marilyn continua sa route, de son pas félin si significatif, et décida de couper par la zone industrielle pour retourner à Manhattan plus rapidement. Son sac à main lui lacérait littéralement l'épaule, tant il était chargé. En effet, la jeune femme était passée au centre commercial - qui se reconstruisait étonnament vite - afin d'y récupérer quelques trucs vitaux. Du désinfectant, des pansements, quelques couvertures, de la nourriture. Marilyn avait chapardé un porte-feuille à un pauvre homme endimanché sans gêne aucune, après tout, ce n'était pas de sa faute si elle était particulièrement agile, contrairement à cette homme que la pénurie de tout n'empêchait pas d'afficher un ventre énorme. Connard. Si Mari' était passée d'une personne généreuse et facile à vivre à une parfaite égoïste insensible - du moins elle aimait le croire et cachait parfaitement bien ses moments de faiblesse - elle avait néanmoins pensé à Evan, dans ses petites courses. Après tout, même si elle ne se l'avouerait jamais, elle lui devait beaucoup. Il l'avait comprise, et n'avait pas cherché à la réconforté, ou à la juger. Au contraire, il l'avait endurçie et l'avait façonnée telle qu'elle était aujourd'hui. Sans lui, Marilyn ne savait même pas si elle aurait survécu à ce monde de dingue. Simplement, entre eux, tout était implicite. Il n'était ni bavard ni sensible et elle aimait croire qu'elle ne l'était pas non plus. Du moins, elle y arrivait parfaitement. Et puis, la jolie brune estimait ne pas avoir besoin de mots pour qu'Evan sache qu'elle tenait à lui. Après tout, toutes les piques qu'elle lui lançait, c'était tout comme non ? xD Marilyn savait qu'elle lui jetterait sûrement ses courses dessus avec une certaine absence de délicatesse, comme pour minimiser son geste, et elle savait qu'Evan ne la remercierait pas non plus. C'était comme ça entre eux, et ça lui convenait parfaitement.

Réprimant un frisson dans sa colonne vértébrale, Marilyn hâta son pas souple et léger, le froid s'immiscant à travers la courte veste en cuir noire qu'elle arborait. Jamais elle n'aurait osé porter un truc pareil avant, elle qui avait un look si soigné et tellement BCBG... Comme quoi, on se fait à tout, vraiment. La jeune femme accéléra encore un peu, sentant comme une présence derrière elle, quelque chose de pas vraiment rassurant. Elle leva les yeux au ciel et soupira, pas vraiment enchantée par un nouvel affrontement. Parfois, elle avait comme des relents d'humanité. Elle avait la terrible impression de tuer comme elle changeait de sous-vêtements. Son pouvoir lui facilitait tellement les choses que c'était devenu comme une habitude. A la moindre agression, elle n'avait qu'à toucher celui qui s'en prenait à elle et à le regarder tomber comme un pantin désarticulé. Bien sûr, sans son pouvoir, il est clair qu'elle n'aurait jamais fait ça. C'était ridicule. On ne pouvait pas tuer impunément tous ceux qui osaient nous contredire, n'est-ce pas ? Pourtant, dans ce monde sans règles, Marilyn savait que sa morale et sa notion du bien et du mal avaient été amoindries. Alors qu'elle se retournait pour voir d'où venait la menace, elle sentit une main lui attraper les cheveux et la plaquer contre un mur. Génial. Son sixième sens lui faisait-il si défaut que ça ? La menace ne venait pas de derrière elle, mais de devant. Sûrement tapie vers les poubelles ou dans une ruelle sombre. Marilyn crut percevoir le reflet argenté d'une lame de couteau, tandis que l'homme lui demandait... son sac ? Ah oui. Il était difficile de se procurer des commodités sans argent. Elle même avait dû racketter un homme. Seulement, elle ne serait jamais la rackettée. Jamais.

La brunette se savait assez forte au combat, elle était agile et surtout rapide. Ses muscles gracieux forgés par la danse avaient été transformés en muscles fin, mais nerveux et toujours prêts à parer. Cependant, c'était long et fastidieux. Alors qu'elle n'avait qu'à appliquer une légère pression sur la première parcelle de peau de l'homme qu'elle attraperait. Tandis qu'elle le gratifiait d'un faussement vrai "Oui, oui, bien sûr, je vous le donne tout de suite", Marilyn posa sa main très délicatement sur la jambe de l'homme, dont elle ne voyait pas le visage. Tant mieux, ça lui faciliterait la tâche. Elle se concentra pour une aspiration rapide, une mort sans grande souffrances donc. Avant même que son agresseur n'ait eu le temps de lui trancher la gorge - bien qu'elle n'était pas sûre que ce soit son attention - il était par terre, et ne bougeait plus. Mari se baissa pour ramasser son arme et se mordilla doucement la lèvre en observant le visage aux traits pourtant si doux de l'homme. Peut être n'avait-il pas été méchant, juste vraiment dans le besoin ? Faisant taire les soupçons de remords qui pointaient le bout de leur nez, Marilyn gratifia le corps de l'homme d'un coup de pied dans les côtes avant de s'éloigner lentement. Du moins avant d'entendre, une voix fluette de gamine appeler inlassablement "Papaaaa", "Papa, reviens, j'ai peur". Est-ce que cet homme était assez idiot pour emmener sa gamine dans un coin comme celui-ci ? Alors qu'elle apercevait les cheveux blonds et le visage poupon de la petite, Marilyn se mordit fortement la lèvre inférieure, avant de regarder ses mains, comme si une quelconque trace de sang pouvait les souiller. Même pas. La jeune femme, si forte, se sentit défaillir. Véritablement. Viscéralement. Ce fut comme un électrochoc. Elle avait l'impression d'être redevenue la petite fille fragile qu'elle était, toujours suspendue au cou de son frère aîné qui la protégeait en permanence, souffrant en silence de l'absence perpétuelle de ses parents. Qu'avait-elle fait ?

Ses jambes fines commençaient à défaillir tandis que l'enfant s'avançait timidement dans la ruelle, sanglotant. Bon sang, cette petite allait être seule maintenant. Après avoir appelé son père deux fois, elle n'osa pas s'avancer et fit demi tour en courant. Marilyn ne chercha même pas à la retenir. Comme elle ne cherchait pas à retenir les larmes qui montaient doucement à ses yeux. Ces mêmes larmes qu'elle refoulait depuis des mois. Marilyn ne les sentait même pas glisser sur ses joues, elle ne sentait plus rien à vrai dire, après une douleur grandissante au plus profond d'elle même. Tandis que les larmes commençaient à couler sans que rien ne puisse les arrêter, elle récupéra son sac et se mit à courir droit devant elle, sprintant le plus vite possible. Elle voulait courir jusqu'à sentir son coeur exploser dans sa poitrine. La vue brouillée par les larmes, elle percuta violamment quelqu'un qui arrivait en face, quelques centaines de mètres plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumotion.com
Evan Bratford
Follow Me in the Darkness...

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1510
Age : 31
Who are you : Your Worst Nightmare...
Philosophie : Vivre ou mourrir... Il faut Choisir !
Love : J'ai une Gueule a éprouver des Sentiments ?!
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 22/08/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Télékinésie
Maitrise des pouvoirs:
87/100  (87/100)
Agilité au Combat:
56/100  (56/100)

MessageSujet: Re: Don't mess with me - Evan (a)   Mar 4 Déc - 21:49

    Parceque la colère est un état d'esprit. Parceque la haine est la meilleure des alliés. Parceque tout ce sang qui a coulé dans chaque rue, dans chaque maison mérite d'ètre vengé. Parceque je ne céderais pas sans avoir eu des réponses a chacune de mes questions. Pourquoi avaient ils laissé faire ca ?! Nos vies valaient elles moins que les leur ? Notre sang valait il moins que quelques litres de pétrole ?! Sans cesse ces images de cadavres, de sang hantaient mon esprit. Je revoyais ses longs cheveux blongs couvert de ce liquide rouge... Ses yeux vides de toute expression. Mes yeux s'emplissant de larmes. Comment ? Comment tout cela avait il pu en arrivait la ?! Je marchais dans les rues quasi desertes de New York, mon regard se promenant de batisses en ruines en batisses en ruine et s'en m'en rendre compte, j'entrais dans Brooklyn... Ce quartier semblait plus desert et plus glauque que tous les autres. Bizarrement, je m'y sentais plus a l'aise que partout ailleurs. L'odeur de la mort empestait chacune des ruelles. Une odeur de mort mélangée a une odeur de cendres et de poussères. Cet endroit me plaisait d'avantage que tout autre. Je me sentais dans mon élément. La solitude, la tranquilité étaient ici maitresses... Le sol défilait sous mes pieds au fur et a mesure que mes pensées s'évadaient la bas, au loin... Quelque part a Washington. Je revoyais ce repas, le regard d'Alana plongé dans le mien, son sourire, son pied contre le mien, cette bonne nouvelle qu'on avait a annoncé... Et puis soudain, les sirènes d'alarme, le bruit, le sol qui tremble, les murs qui s'effondrent et cette étagère qui tombe sur moi, me dévisageant a vie... Je ressens encore le gout du sang dans ma bouche, dans ma gorge... La douleur est toujours présente, toujours vivace et, cette cicatrice en travers de mon visage qui sans cesse me rappelle ce jour maudit parmis tant d'autres... Une violente envie de vomir me saisissa au niveau des tripes. Probablement cette odeur nauséabonde. Ou alors tous ces souvenirs, toutes ces images qui s'entrechoquaient dans ma tète...

    Je m'arrétais soudainement de marcher, fermant les yeu, laissant le leger vent ambiant venir s'abattre contre mon visage marqué et fatigué mais, cette nausée restait la, persistante... J'appuyais donc ma main contre un mur en ruine, laissant ma tète fixer le sol, laissant mon estomac se vider du peu de nourritures que j'avais ingurgitée depuis hier... Ma tète me tournait, javais tant besoin de dormir. Mais, depuis quelques jours le sommeil ne semblait plus vouloir de moi... Trop de cauchemards, trop de sang me hantant jusque dans mes rèves, le seul endroit ou, depuis la chute des bombes, j'étais enfin en paix avec moi mème... Je n'avais mème plus ce luxe de pouvoir dormir paisiblement alors, je ne cherchais mème plus a dormir mais, cela semblait me rendre malade... Mais peu importait ma santé. C'était le cadet de mes soucis. Cela n'avait pas la moindre importance. Que je vive ou que je meurs. Qui s'en soucierait encore après tout ?! Cela ne ferait qu'un mort de plus dans une civilisation deja pleine de cadavres...

    Je me redressais, passant ma manche par dessus mes lèvres, le vent revint a la charge contre mon visage, me rafraichissant quelque peu. Je fermais quelques instants les yeux puis, les rouvraient pour me réengager au milieu de la ruelle mais... Vlan, quelqu'un me rentra dedans de plein fouet, me bousculant littéralement. J'attrappais la dite personne par les épaules, m'apprétant a l'envoyer valser contre un mur quand je reconnu le doux visage de porcelaine de ma petite protégée. Un visage empli de larmes et a bout de force... Je poussais un leger soupir las avant de demander d'un air distant...


    - Qu'est ce que t'as encore fait ?!

_________________

Wake me Up...
I'm Living a Nightmare!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Wentz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 85
Age : 30
Who are you : Tu le découvriras bien assez tôt...
Philosophie : Fight or Flight
Love : Organe retiré après les bombardements
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 26/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aspire et donne de l'énergie vitale
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
65/100  (65/100)

MessageSujet: Re: Don't mess with me - Evan (a)   Jeu 17 Jan - 1:22

[Ca risque d'être nul puisque ça commence à dater et j'suis plus trop dans l'état d'esprit mais je vais faire de mon mieux xD]

  • Marilyn se détestait lorsqu'elle se sentait défaillir, devenir si faible. C'était presque comme si les mois qu'elle avait passé à s'endurcir, à devenir une jeune femme violente, insensible et égoïste nourrie par la violence s'évaporaient, laissant place à la petite fille qu'elle avait un jour été. Une enfant douce, fragile et surtout constamment en manque d'affection, tentant d'accumuler les bonnes notes et les prix en danse ou au tennis afin de capter l'attention et l'affection de ses parents, des personnes influentes, qui n'avaient jamais eu le temps pour elle. Il paraît que nos vieux démons ne sont jamais loin, et toujours prêt à refaire surface. En général, nos démons sont - comme leur nom l'indique - mauvais et nous tirent vers le bas. Ceux de Marilyn étaient pires puisqu'ils étaient profondément bons et faisaient naître en elle cet horrible sentiment qu'est la culpabilité, les regrets, les remords. Elle aimait se voir comme un robot sans le moindre sentiments. Après tout, elle avait tellement tué... Mais parfois, un rien l'ébranlait et elle avait l'impression que tout le travail qu'elle avait dû accomplir sur elle même était vain. Et elle se détestait de penser comme ça puisque la jolie brune savait que ce qu'elle faisait était juste, Evan l'en avait bien convaincu et il lui avait tellement apporté que Marily, - malgré les piques incessantes qu'elle lui lançait - n'aurait jamais remis sa parole en doute.

    Quand on parle du loup, il sort du bois paraît-il. C'était particulièrement vrai dans ce cas là et ce loup-là, Mari' l'aurait bien evitée. Surtout dans cet état. Bizarrement, si elle était dans un état second quelques secondes auparavant, le choc frontal la réveilla enfin et elle prit conscience des larmes qui lui brûlaient les yeux, avaient creusé des sillons dans ses joues et dont le goût salé piquait ses lèvres rouges. Et merde. Pourquoi fallait-il qu'il apparaisse pile lorsqu'elle ne désirait pas le voir ? Vraiment pas. Marylin garda la tête basse pour ne pas qu'il voie qu'elle s'était laissée aller, jusqu'à ce qu'il la lui relève, en la prenant plutôt brusquement par les épaules, ne l'ayant apparemment pas reconnu. La jeune femme lui lança un regard défiant et qui jetait des éclairs, le provoquant d'oser dire quelque chose, avant d'essuyer rapidement ses larmes, bien heureuse qu'en ces temps durs, s'appliquer du mascara tous les matins était devenu une futilité qu'elle ne s'autorisait pas. A quoi bon d'ailleurs ? Pour qui ? Pourquoi ? C'était aussi idiot qu'inutile. Marilyn, même avant, était certes coquette et toujours habillée très BCBG, en parfaite petite fille modèle qu'elle était, mais ne tombait jamais dans le piège du maquillage à outrance. C'était mentir aux autres et à soi-même que de vouloir cacher le plus infime petit défaut à la face du monde. Et mentir, elle ne le souhaitait pas. Du moins, pas avant. Maintenant, elle avait acquis tous les retords de la société et s'en vantait presque. Dans ce monde devenu si mauvais, il fallait être encore plus mauvais que lui pour s'en sortir. Pire que ce gouvernement. La violence, par la violence, voilà le crédo des gens comme elle et ils avaient raison.

    Le soupir las d'Evan et le ton distant et indifférent dont il usait toujours fit serrer fortement les poings de Marilyn, jusqu'à ce que les jointures soient entièrement blanchies et que ses ongles rentrent profondément dans sa chair. C'était dingue à quel point elle l'admirait et à quel point il avait le don de l'énerver, parfois. Cette désinvolture qu'il affichait en permanence la rendait dingue. Mari' était persuadée qu'au fond, il n'était pas le monstre qu'il prétendait être. Lui aussi avait dû énormément souffrir, bien que contrairement à elle qui s'était livrée à lui, il ne l'avait jamais. Mais la brunette était un bon juge de la Nature humaine et savait que comme elle, Evan se cachait derrière une facade détestable. Comme une carapace. Mais il avait bien trop de fierté pour l'avouer. Et elle, elle avait bien trop de fierté pour seulement lui en faire part. Elle ne voulait surtout pas qu'il pense qu'elle était attachée à lui, ou même qu'elle se souciait de son sort, c'était hors de question. Même si, mine de rien, il était dorénavant sa seule attache. Marilyn se mordit fortement la lèvre inférieure suite à la remarque désobligeante de la seule personne dont elle tenait réellement, maintenant, et se contenta de ne pas le lâcher du regard, se fichant bien qu'elle ait l'air fatiguée, désemparée ou même totalement bouleversée. Oui, elle l'était. Et non, elle ne lui dirait pas.


    - Rien qui puisse t'intéresser, puisque ça ne concerne pas directement ta petite personne, Bratford.

    Lâcha Marilyn d'un ton froid mais néanmoins posé et calme, et qui ne laissait rien entrevoir des tremblements qui se faisaient sentir dans sa gorge, de plus en plus pressants. Se détachant de son emprise d'un coup d'épaule, la jolie brune s'apprêtait à reprendre sa course, souhaitant s'éloigner le plus possible de ce satané cadavre innocent, et surtout de la voix fluette de la petite fille, qui s'était pourtant éloignée. Cependant, impossible d'oublier les appels déchirants de la petite blondinette, qu'elle aurait pu aider. Simplement, par égoïsme et par lâcheté, elle avait préféré fuir. Après tout, elle avait elle-même ôté la vie de son père alors que pouvait-elle faire pour elle ? La tuer elle aussi ? Très drôle. Se souvenant soudainement de l'existence du sac de courses contenant des couverturs, médicaments et autres nourritures qu'elle serrait si fort qu'elle en avait presque oublié le contact, Marilyn se contenta de le jeter sans réel ménagement aux pieds d'Evan, ajoutant d'un ton toujours aussi détaché, tout en remettant la anse de son sac sur son épaule.

    - Tiens, il y a quelques petites choses qui devraient t'intéresser. Bonne journée.

    Ajouta-t-elle d'un ton purement cynique, tout en croisant les bras sous sa poitrine, son visage de porcelaine toujours aussi impassible qu'à son habitude. Marilyn sentait une certaine tension et enervée comme elle était, il ne fallait pas compter sur elle pour l'atténuer. Surtout maintenant qu'à cause du choc frontal, une douleur lancinante se faisait ressentir dans son épaule. Certes, elle en avait vu d'autres. Les coups reçus lors de combats, pour y gagner quelque chose, elle les acceptait avec courage et dignité. Cependant, elle restait douillette pour les petits tracas quotidiens de la vie, totalement inutiles. Oui, elle était étrange comme personnage, et peu facile à cerner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't mess with me - Evan (a)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't mess with me - Evan (a)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evan Paskowitz, le Gangrel.
» Messe de Consécration
» [RP] L'armée selon Vaxilart
» Messe sur les vertus et les pêchés
» mon lapin ne parle pas assez fort lorsque je recois des mess

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In The End :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: